Zapbook page 23, le talent des autres

Publié le 4 Février 2016

croquis par tolden
croquis par tolden

En tant que dessinatrice, quelle est ma réaction habituelle face aux talents d'autres artistes?


J'ai déjà eu une réaction basique de jalousie quand je me suis retrouvée face à une oeuvre que j'ai trouvé de grande qualité. A cette époque, je travaillais dur et j'avais tendance à comparre mes progrès aux résultats d'autres dessinateurs. A force de répéter cet exercice, j'avais surtout tendance à développer ma frustration car j'avais l'impression de ne pas atteindre mon objectif assez rapidement et je jalousais ceux qui étaient parvenus avant moi.


Je me mettais donc une pression énorme car j'estimais que j'étais aussi capable que n'importe qui.


Pourtant, je savais bien que l'évolution d'un talent diffère selon les capacités et le temps que chacun peut consacrer à son art. Aussi, la comparaison systématique avec les autres ne pouvait pas être constructive tant que j'en faisais une obsession.


Même s'il était compréhensible de vouloir constater une évolution dans mon travail, tout ce que j'obtenais était l'effet inverse, à savoir, devenir improductive. Je mettais donc en place un cercle vicieux qui se nourrissait de lui-même : je n'étais pas satisfaite de la qualité de mon trait alors que je découvrais de nouveaux talents auxquels je me comparais. Malgré mes efforts, je ne me trouvais pas à la hauteur donc j'entretenais ma frustration. Je me forçais tant que je n'arrivais pas à faire évoluer mon trait.


Est alors arrivé un moment où j'ai dû prendre du recul face à mon travail mais également face à mes motivations. Faire son auto-critique est une chose. S'auto-flageller en se traitant de mauvaise ou d'incompétente en est une autre.


J'ai dû apprendre à faire le constat sur mon travail puis à en tirer des conclusions qui me permettaient d'aller de l'avant plutôt que d'entretenir cette opinion négative de moi-même. C'est seulement à ce moment que j'ai saisis la notion de "critique constructive".


J'ai donc arrêté de simplement m'émerveiller devant le talent des autres. J'ai mieux étudié leur travail pour comprendre ce qui me plaisait, comprendre comment le reproduire, puis réussir à l'assimiler pour le faire à ma façon.


Le talent d'autres artistes devient donc une source d'inspiration et une saine motivation. J'ai pu passer du stade "je l'envie, il est tellement plus doué que moi" à "j'adore ce style, ça me montre à quel point je peux encore évoluer".

Rédigé par TOLDEN

Publié dans #zapbook

Repost 0
Commenter cet article